#6. Diplomatie climatique : Pour un « Traité de Rome » du renouvelable

europe-energie-8a286

La question climatique s’est installée au cœur de la campagne électorale. Les marches hebdomadaires pour le climat mise sur pied par les jeunes, au nord comme au sud, ont mis le monde politique devant une émotion et une demande impossibles à éluder. L’argument phare « vous ne serez plus là dans 50 ans, et nous oui, donc faites quelque chose » ne peut évidemment être laissé sans réponse.

Pourtant, il ne suffit pas d’appuyer sur un bouton ou d’adopter une loi climat (même si Défi compte parmi ses dépositaires) pour offrir une solution durable à l’enjeu climatique.

Il y a, bien sûr, les mesures que la Belgique peut et doit prendre pour elle-même, et qui se retrouvent au sein de plusieurs programmes électoraux… dont celui de Défi : isolation des bâtiments publics (logements sociaux, écoles, hôpitaux, prisons…) et privés, taxation du kérosène et du fuel maritime à l’échelle européenne, fin progressive des voitures-salaires, etc.

Mais cela ne suffira pas.

Pour rappel, le taux du renouvelable dans la consommation énergétique belge est de 9,1%. L’Europe, de manière générale, est très dépendante de l’extérieur (à plus de 50%) sur le plan énergétique. La transition écologique constitue dès lors une opportunité forte de réduire, voire de supprimer cette dépendance, qui repose essentiellement sur des énergies fossiles.

Or, si nous pouvons – et devons – limiter nos émissions de CO2 pour atteindre les objectifs des Accords de Paris, force est de constater que les possibilités topographiques de la Belgique pour produire de l’énergie renouvelable sont très limitées : notre ensoleillement est notoirement faible, et le nombre d’éoliennes efficaces possibles, en ce compris off shore, sont limités.

En revanche, nous avons un double atout : la qualité historique de notre diplomatie, et notre position géographique centrale.

Car il y a aussi l’Europe, le reste du monde, et le rôle que la Belgique peut y jouer. Et c’est là que se situe « la » proposition originale de Défi en matière de climat : créer un « traité de Rome » de l’énergie renouvelable.

Alors que la Belgique s’est récemment fait remarquer par son manque d’ambition sur le climat au niveau européen, DéFI entend faire de notre pays la cheville ouvrière de ce futur marché européen de l’énergie renouvelable. Comment ? En partageant et en mettant en réseau nos énergies renouvelables.

L’Union européenne, et l’Europe au sens large, s’étend de la Sicile au cercle polaire, et du Groenland aux îles grecques. Nos pays ont des topographies et des sources d’énergie variées, à différents moments de la journée et de l’année. Plus on souhaite augmenter la part de renouvelable dans la consommation énergétique, plus il convient de régler les problèmes d’intermittence et de faire coïncider dans le temps l’offre et la demande d’énergie. Or, les nouvelles technologies en développement, telles les lignes haute tension en courant continu, permettent de transporter l’électricité sur des grandes distances (avec seulement 3% de perte sur 1.000 km). Cela permet d’envisager des partenariats d’un type nouveau.

Nous en appelons ainsi à la création d’un marché commun de l’énergie et du climat, sous la forme d’un nouveau « traité de Rome » qui tirerait parti de nos différences climatiques sur le plan géographique : l’Italie et l’Espagne produiraient de l’énergie solaire, envoyant de l’électricité dans un réseau européen unifié, les pays d’Europe du Nord pourraient apporter les énergies éolienne et hydraulique propres à leur topographie. Les différents pays d’Europe mutualiseraient ainsi une partie de leur production en profitant de leurs atouts respectifs.

Nous pourrions ainsi relever un triple défi : profiter de la transition écologique pour en faire à la fois une opportunité économique, une prise d’indépendance énergétique européenne, et un chantier européen nouveau, dont l’Europe a bien besoin.

En savoir plus:

– Défi souhaite l’instauration d’un « traité de Rome » pour les énergies renouvelables

– Interview de Jonathan De Lathouwer sur BX1

Interview de François De Smet sur LN24

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

You are commenting using your Google account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.